Le consentement présumé ?

Pour bien comprendre les règles du consentement présumé …

Nous vous invitons à visualiser la vidéo réalisée par l’Agence de la biomédecine  expliquant d’une façon claire la réglementation en vigueur depuis le 1er janvier 2017.
Le législateur n’a toujours pas souhaité intégrer la carte de donneur dans ce dispositif relatif au don d’organes.

En France, la loi indique que nous sommes tous présumés donneurs, c’est-à-dire donneurs d’organes et de tissus, sauf si nous avons exprimé de notre vivant notre refus d’être prélevé.

Au moment du décès, avant d’envisager un prélèvement d’organes et de tissus, l’équipe médicale vérifiera que vous n’êtes pas inscrit sur le registre national des refus. Si tel n’est pas le cas, il sera vérifié auprès des proches que vous n’avez pas fait valoir de votre vivant votre opposition à l’écrit ou à l’oral. Dans le cas d’une expression orale, l’équipe médicale demandera aux proches d’en préciser les circonstances et de signer la retranscription qui en sera faite par écrit.

FRANCE ADOT privilégie le don réfléchi au prélèvement subi, et continue à diffuser sa carte de donneur, qui permet à chaque citoyen de se positionner positivement par rapport au don d’organes, et de le faire savoir à son entourage.

Demandez votre Carte de Donneur

Oui, la carte de donneur est utile pour nouer le dialogue avec la famille dans les terribles circonstances d’un décès.

Parlez en !